10 priorités

Nos 10 premières priorités

Le Département finance notre santé, notre protection sociale de proximité, nos collèges, nos routes, notre culture : autant de raisons de s’y intéresser !

1. Mettre en place des maisons de retraite à domicile

Notre canton compte près de 25 % de personnes de plus de soixante-cinq ans. Avec le vieillissement attendu de notre population, des solutions innovantes doivent être trouvées afin de permettre le maintien à domicile le plus longtemps possible, plutôt que le recours à de coûteux EHPAD privés.

Nous proposons de mettre en place des « maisons de retraite à domicile », expérimentées dans d’autres départements. Moins coûteuses que les établissements collectifs, elles permettent aux aînés dépendants un maintien à domicile sécurisé, grâce à des équipes mobiles se déplaçant chez les habitants concernés

2. Créer un « minimum jeunesse » pour les moins de 25 ans

20 % des personnes les plus pauvres dans notre canton ont entre 18 et 25 ans. La période de chômage de masse que nous traversons risque de durer après la fin de la crise sanitaire et pour soutenir les jeunes, nous proposons de mettre en place, dès l’été 2021, un revenu minimum pour les moins de 25 ans.

Cette aide sera soumise à des contreparties, volontariat dans les services publics et les associations, et dégressive selon le niveau de revenu.

3. Créer des centres de santé départementaux pour mettre fin à la désertification médicale

L’Eure est un des tous premiers déserts médicaux de notre pays. Depuis des années, les élus se présentent à vous en vous promettant de résoudre le problème. Des « maisons de santé» sont construites, bien souvent, comme à Louviers, réunissant des professionnels déjà installés dans notre territoire. C’est un échec.

Il faut maintenant aller plus loin : nous proposons de créer des centres de santé publique, avec des médecins salariés. Déjà mis en place ailleurs, ces centres s’auto-financent avec les honoraires perçus et les subventions de l’agence régionale de santé. Il est inadmissible de devoir attendre deux ans pour obtenir un rendez-vous chez l’ophtalmologiste, ou de s’inscrire sur liste d’attente pour rejoindre la patientèle d’un médecin généraliste.

4. Oui à des collèges humains, non à des collèges-usines

Le projet de l’actuelle majorité de construire des collèges de très grande taille (plus de 800 élèves dans le nouveau collège du Hamelet en construction) en fermant les collèges de proximité (Pierre Mendès France à Val-de-Reuil) ne doit pas être poursuivi. Il ne doit pas y avoir plus de 500 élèves par collège dans le département, c’est notre engagement.

Nous favoriserons réellement la mixité sociale, en diminuant les temps de trajet, en favorisant l’enseignement des langues et la pratique sportive. Nousvégétaliserons les cours, travaillerons l’accès cyclable des collèges et l’éducation à l’environnement.Le droit à la découverte, essentiel à l’épanouissement des élèves, remis en cause par l’actuelle majorité, sera réintroduit en permettant à chaque enfant de bénéficier, à un tarif préférentiel, d’un séjour à la mer, à la neige ou à la montagne

5. Déployer la fibre dans l’ensemble du canton de Louviers

La fibre, promise aux villages du canton depuis six ans, n’a toujours pas été déployée. L’absence de planification par Eure numérique, agence du département, est un des grands échecs de la mandature actuelle. Cette situation est difficilement tenable, dans un contexte où l’on demande à tous les salariés de télétravailler, et aux élèves et étudiants de davantage travailler à distance. Nous nous engageons à raccorder chacun des foyers du canton de Louviers à la fibre optique

6. Priorité au handicap

Nous réduirons les délais d’instruction des dossiers d’aide auprès de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH), qui devraient se mesurer en semaines et non en années, comme c’est le cas aujourd’hui. Nous proposons de déployer des antennes-relais au sein des Maisons du Département. Le Département doit conduire un véritable dialogue avec les bailleurs pour donner la priorité aux personnes porteuses de handicap dans l’attribution de logements sociaux.

7. Rénover les HLM et les logements privés

La gestion financière et managériale catastrophique d’Eure Habitat a récemment fait l’objet d’un rapport de la chambre régionale des comptes. Nous devons redresser notre bailleur social départemental et engager un plan de rénovation, y compris énergétique, des logements à loyer modéré, dont certains sont proches de l’insalubrité.

Nous investirons massivement dans l’isolation des logements, ferons disparaître les passoires thermiques, réduirons la facture énergétique des familles au bénéfice de tous et en particulier des plus modestes.

8. Des transports verts et durables

Nous favoriserons les mobilités durables en soutenant la réouverture de la ligne de train Evreux-Louviers-Rouen. Nous appliquerons un ambitieux plan vélo : doublement duréseau des pistes cyclables, service de taxi-vélo, ramassage scolaire à vélo, développement des vélo-écoles et des ateliers de réparation de vélo. Nous réduirons la pollution en aidant à l’achat de vélos et de véhicules propres, en multipliant les aires de covoiturage.

9. Développer l’agriculture biologique

La crise de la COVID a démontré notre fragilité avec la fermeture de nos frontières : nous devons renforcer notre agriculture de proximité et diversifier nos productions. Le Département soutiendra la dynamique de la transition « bio » pour nos cultivateurs et nos éleveurs, en prenant la voie d’une alimentation 100 % bio et locale dans la restauration scolaire des collèges, et en orientant l’ensemble des aides du conseil départemental aux agriculteurs vers la transition bio

10. Défendre la République et la laïcité

Alors que notre pays souffre de l’agitation politicienne cherchant à diviser les Français, vos prochains élus au département devront fédérer autour des valeurs de la République et de la laïcité. Binôme de fervents républicains, nous refuserons toutes les formes de discrimination des minorités. Nous nous mobiliserons pour faire adopter une charte de la laïcité qui s’imposera aux partenaires, entreprises et associations subventionnées du département afin de faire vivre le principe de la séparation des églises et de l’Etat posé par la loi de 1905.